23 millions au travers des PCS pour venir en aide aux publics fragiles ou précarisés

Sur proposition du Ministre des pouvoirs locaux, le Gouvernement wallon décide d’allouer une subvention de 23 millions à 195 pouvoirs locaux ou associations de pouvoirs locaux pour la mise en œuvre du Plan de cohésion sociale pour l’année 2021.

 

Pour rappel, le Gouvernement wallon a approuvé les plans de cohésion sociale pour la 3ème programmation 2020-2025 en début de législature.

 

Le PCS poursuit deux objectifs, à savoir réduire la précarité et les inégalités en favorisant l’accès effectif de tous aux droits fondamentaux et contribuer à la construction d’une société solidaire et coresponsable pour le bien-être de tous.

 

Pour ce faire, le PCS se décline en actions coordonnées visant à améliorer la situation de la population par rapport à la cohésion sociale et aux 15 droits fondamentaux répartis en 7 axes :

  • le droit au travail, à la formation, à l’apprentissage, à l’insertion sociale
  • le droit au logement, à l’énergie, à l’eau, à un environnement sain
    et à un cadre de vie adapté
  • le droit à la santé
  • le droit à l’alimentation
  • le droit à l’épanouissement culturel, social et familial
  • le droit à la participation citoyenne et démocratique, aux technologies de l’information et de la communication
  • le droit à la mobilité.

 

Les pouvoirs locaux, depuis le début de la crise sanitaire, ont fait preuve de réactivité, de pragmatisme et d’efficacité pour venir en aide aux citoyens à travers les PCS par un éventail d’initiatives de solidarité et d’aides aux personnes pour répondre aux besoins urgents de la population.

 

Concrètement à travers un sondage récemment actualisé (janvier 2021), il appert que 120 PCS (sur un total de 140 répondants – soit un taux de participation de 71%) mettent en œuvre seuls une ou plusieurs initiatives solidaires.

Les PCS ont été associés majoritairement aux initiatives suivantes :

  • la mise en place d’aides diverses individuelles auprès des personnes impactées financièrement par la crise sanitaire : alimentaires, vestimentaires, … (13,6 %),
  • la livraison de courses et repas (12,8%),
  • les échanges solidaires via des plateformes (10,4 %),
  • les initiatives de réconfort auprès des personnes précarisées lors des périodes festives (10,4 %),
  • les prises de contact par téléphone et d’autres moyens de communication (9,6 %),
  • les toutes-boîtes d’information en matière de prévention sanitaire (5,6%)
  • et la lutte contre l’isolement des personnes âgées (4,8%).

 

 

Pour le ministre Christophe Collignon: “J’ai voulu maintenir cette souplesse pour les futures initiatives de solidarité qui seraient développées durant la période de déconfinement progressif afin de soutenir les publics fragilisés. J’ai encouragé via des circulaires l’utilisation des moyens affectés aux PCS, pour répondre à l’urgence sociale à laquelle nos citoyens étaient confrontés. Plus précisément, toutes les initiatives de solidarité qui ont été menées ou qui seront menées afin de soutenir les publics fragilisés durant la crise sanitaire, seront finançables dans le cadre du plan.

Aujourd’hui, plus que jamais, la solidarité doit primer et cette aide aux citoyens, à travers les PCS, doit persister tant qu’elle sera nécessaire. Je veux donc à nouveau saluer et soutenir toutes ces actions de solidarité et d’aide aux personnes, et particulièrement pour les publics les plus fragilisés”

1 Partages
Tweetez
Partagez1
Partagez
Enregistrer