671 emplois menacés chez Fedex à Liège

“671 emplois menacés, le choc est d’une violence extrême! Les travailleurs sont abasourdis, dégoûtés, ils n’en reviennent pas, ils ne s’attendaient pas à ça”, s’exclame Anne-Marie Dierckx, secrétaire permanente CNE. “La direction explique qu’elle a fait le choix de déplacer son activité principale sur Paris. Elle aurait tenté d’acheter des terrains sur Bierset pour s’étendre, mais ses tentatives auraient échoué au profit d’Alibaba, ce qui expliquerait le choix de se recentrer sur Charles De Gaulle et de se séparer d’une partie du personnel liégeois.”

En plus des licenciements, une véritable réorganisation de l’entreprise semble envisagée. “La direction parle de revoir les horaires et le nombre d’heures de travail pour 861 membres du personnel. C’est assez flou pour le moment, mais nous ne laisserons pas FedEx faire n’importe quoi”, insiste Anne-Marie Dierckx.

Avec cette annonce, la phase un de la procédure Renault est enclenchée. “Pour le moment,

nous sommes tous sous le choc, mais nous allons analyser tout cela à tête reposée et nous mettrons tout en œuvre pour défendre les emplois, les conditions de travail et la pérennité de l’activité sur le site de Bierset”, conclut la secrétaire permanente.

0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez
Enregistrer