CP Le CHM sur les réseaux

Le Centre Historique Minier, comme tous les lieux culturels, reste pour le moment fermé au public. Néanmoins, les réseaux sociaux permettent de maintenir une activité qui offre à chacun la possibilité de (re)découvrir différents aspects du monde de la mine.

Le musée propose en effet un rendez-vous quotidien sur sa page Facebook autour de la culture minière, destiné à tous les publics.

Grâce à ces publications, souvent sous forme de séries, les lampes de mines et leur évolution n’auront plus de secret pour vous, tout comme, prochainement, les moyens mis en œuvre pour extraire le charbon toujours plus efficacement.

Vous pouvez également découvrir quels écrivains ont évoqué la mine, quelles ont été leurs sources d’inspiration, quelles intrigues ils en ont tirées mais aussi toute la littérature scientifique dans laquelle ils sont allés puiser

les notions techniques ou géologiques, le vocabulaire minier et le fonctionnement des machines et des outils. On apprend que Jules Verne est parti explorer l’Angleterre et l’Écosse pour écrire Les Indes noires, ou qu’Émile Zola a arpenté les mines de la Compagnie d’Anzin pour Germinal. Si certains ont plutôt livré des témoignages, d’autres, poètes ou chanteurs, ont écrit des odes à la mine, comme Pierre Bachelet, Edmond Tanière, U2…

Vous pouvez par ailleurs, grâce à des vues aériennes ou depuis un point haut, contempler le

Bassin minier sous un angle inhabituel et vous amuser à identifier les lieux.

Le centre d’archives y dévoile ses trésors : les archives papier, la cinémathèque, la photothèque, la bibliothèque, les fonds publics, les fonds privés… Prochainement, des cartes postales anciennes seront valorisées à travers un jeu, avec des surprises à gagner !

Cette page Facebook relaie aussi l’actualité des services qui fonctionnent malgré la fermeture au public : les travaux réalisés pendant l’absence des visiteurs, le montage de la prochaine exposition temporaire consacrée à Lucien Jonas, le récolement des collections dans des lieux habituellement prisés du public… sans oublier les portraits des salariés qui œuvrent au fonctionnement du Centre.

En attendant la réouverture, nous vous donnons rendez-vous sur notre page Facebook, mais aussi sur nos comptes Twitter et Instagram pour interagir sur ces contenus historiques et pédagogiques.

Enfin, depuis de nombreuses années, le Centre Historique Minier a mis en place une politique d’aménagements en faveur des publics handicapés, afin de mener à bien sa mission de diffusion de la culture minière du Nord-Pas de Calais auprès de tous les visiteurs. L’ensemble des dispositifs mis en place sont détaillés dans la rubrique « accessibilité » du site internet du Centre.

Plus récemment, afin d’aller plus loin dans cette démarche, le Centre a fait appel à la structure Picto Access, qui a développé un référentiel spécifique. L’objectif de ce référentiel est d’identifier des fragilités plutôt que des handicaps, comme par exemple « trouble de la mobilité dû à une situation handicapante temporaire (poussette, valise…) » ou « personne touchée par une déficience auditive partielle ». Ces fragilités sont symbolisées par des pictogrammes, qui donnent un premier niveau d’information sur l’accessibilité des lieux diagnostiqués.

Un audit a ainsi été réalisé au Centre Historique Minier dans l’ensemble des lieux ouverts au public et ces pictogrammes, intégrés notamment sur le site internet du Centre, précisent désormais le niveau d’accessibilité du musée, du restaurant Le Briquet, du centre d’archives ou encore des espaces séminaires. Cliquables, ils renvoient sur des pages dédiées au Centre Historique Minier sur le site de Picto Access et donnent accès à de nombreuses photos, offrant aux personnes concernées la possibilité de se projeter et de préparer au mieux leur visite.

https://www.facebook.com/CentreHistoriqueMinier

 

1 Partages
Tweetez
Partagez1
Partagez
Enregistrer