La Ville poursuit la féminisation des noms de rues

Le collège communal a décidé de proposer à l’approbation du Conseil communal du 1 mars prochain l’octroi de dénominations pour de nouvelles voiries et espaces sur le territoire communal. Les choix opérés répondent à une volonté de renforcer la féminisation des dénominations des voiries liégeoises et les toponymes retenus rendent donc hommage à des personnalités de genre féminin qui ont marqué leur époque, notamment sur les plans culturels ou scientifiques, le plus généralement à Liège. (Pour marquer cette volonté de féminisation, le Collège a décidé de parfois déroger à la règle d’ancienneté afin de mettre en exergue des personnalités emblématiques.)

Dans le cadre du chantier du tram, la voirie d’accès au nouveau pont des Modeleurs à Sclessin s’appellera rue Marie Defrère en hommage à Marie Defrère qui a caché à Sclessin, pendant la Seconde Guerre mondiale, une petite fille juive de 8 ans, la sauvant elle et sa maman de la

déportation. Le rue d’accès au terminus du Tram à Bressoux sera nommée Suzanne Clercx… qui était une musicologue de renom et professeure à l’Université de Liège.

Une autre voirie localisée à Rocourt dans le quartier de la rue des Quatorze Verges sera baptisée rue de Bierthe. Madame de Bierthe était une professeur de musique réputée et plébiscitée au 18e siècle, notamment auprès des jeunes filles et des dames désireuses d’apprendre la harpe.

Au Val-Benoît, la place Françoise Héritier rendra hommage à Madame Françoise Héritier (1933-2017), anthropologue et ethnologue française et la
place Émilie Noulet mettra à l’honneur cette romaniste, historienne de la littérature et une critique littéraire belge. L’esplanade Jeanne Rademackers évoquera la mémoire de cette qui fut, à la fin du 19e siècle, la première femme à décrocher un diplôme de l’enseignement supérieur au terme d’une formation en pharmacie menée au milieu de condisciples exclusivement masculins à l’Université de Liège.

0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez
Enregistrer