Le FIFF de Namur dévoile les premiers titres de sa 35ème édition !

Le Festival International du Film Francophone de Namur est heureux de dévoiler les premiers titres de cette 35ème édition qui se déroulera du 2 au 9 octobre prochain :

L’ORIGINE DU MONDE de Laurent Lafitte (France/Belgique)


A la fois acteur pour le cinéma, la télévision & le théâtre, doubleur d’animations et auteur de one-man-shows, Laurent Lafitte n’en finit pas de nous étonner ! Il débute dans le 7ème art avec Le Plaisir et ses petits tracas de Nicolas Boukhrief (1997), suivi de Belle-Maman de Gabriel Aghion (1999) et Les Rivières Pourpres de Matthieu Kassovitz (2000). Il commence ensuite sa collaboration avec Guillaume Canet, jouant dans Mon idole (2002), Ne le dis à personne (2006), Les petits mouchoirs (2010) et Nous finirons ensemble (2019). On le retrouvera également dans Mais qui a tué Pamela Rose ? d’Eric Lartigau (2003), Un secret de Claude Miller (2007), De l’autre côté du Périph de David Charhon (2012), Les beaux jours de Marion Vernoux (2013), L’Ecume des jours de Michel Gondry (2013), L’art de la fugue de Brice Cauvin (2015), Papa ou Maman 1 & 2 de Martin Bourboulon (2015 & 2016), Elle de Paul Verhoeven (2016, pour lequel il est nominé aux César), Au revoir là-haut d’Albert Dupontel (2017) et Paul Sanchez est revenu de Patricia Mazuy (2018), pour n’en citer que quelques-uns. En 2018, il vient présenter L’Heure de la sortie de Sébastien Marnier au FIFF où le film remporte le Prix du Jury Junior.

Avec L’Origine du monde, Laurent Lafitte passe derrière la caméra. Sélectionné par le Festival de Cannes 2020, son premier film est adapté de la pièce éponyme de Sébastien Thiéry. Le casting cinq étoiles réunit Karin Viard, Laurent Lafitte, Nicole Garcia, Vincent Macaigne et Hélène Vincent.

Jean-Louis réalise en rentrant chez lui que son cœur s’est arrêté. Plus un seul battement dans sa poitrine, aucun pouls, rien. Pourtant, il est conscient, il parle, se déplace. Est-il encore vivant ? Est-il déjà mort ? Ni son ami vétérinaire Michel, ni sa femme Valérie ne trouvent d’explication à cet étrange phénomène. Alors que Jean-Louis panique, Valérie se tourne vers Margaux, sa coach de vie, un peu gourou, pas tout à fait marabout, mais très connectée aux forces occultes. Et elle a une solution qui va mettre Jean-Louis face au tabou ultime…

Produit par Trésor Films (Alain Attal – France), avec Artémis Productions (Patrick Quinet – Belgique), StudioCanal, 2L Productions, France 2 Cinéma, RTBF, Voo, BeTV, Proximus et Shelter Prod, le film sera distribué en Belgique par O’brother, et en France par StudioCanal qui assure également les ventes internationales.

COLLECTIVE (Colectiv) d’Alexander Nanau (Roumanie/Luxembourg)


« Pas d’interview, pas de voix off, explique Alexander Nanau. Mon processus de réalisation de documentaires est purement observationnel, un processus d’apprentissage de la vie d’autrui, de croissance personnelle en se rapprochant le plus possible, jusqu’à un point d’identification complète, des protagonistes choisis. Quand je commence à filmer une histoire, au début, je ne veux pas en savoir trop de – ni sur – mes personnages. En fait, je ne sais jamais avec certitude si à partir du moment où j’entre dans leur vie, une histoire cinématographique pourra se développer davantage. J’essaie de cadrer d’une manière qui donnera aux téléspectateurs l’impression de vivre à proximité et de découvrir les personnages. Le spectateur doit avoir l’impression d’être témoin de son propre processus de croissance personnelle à travers la vie des autres. Je pense que c’est ce que le cinéma devrait faire. Quand j’ai commencé à travailler sur ce film début 2016, je n’avais jamais imaginé que l’année serait un tournant majeur pour la démocratie partout dans le monde. »

Producteur et cinéaste germano-roumain né en Roumanie, Alexander Nanau a étudié la réalisation à l’Académie du cinéma et de la télévision de Berlin DFFB. En 2006, il réalise Peter Zadek Inszeniert Peer Gynt, sélectionné au Festival de Munich. Présenté à Visions du Réel, son documentaire Lumea vazuta de Ion B a remporté un Emmy Award en 2010. En 2014, il présente à Namur son émouvant Toto et ses sœurs, nominé aux European Film Awards l’année suivante. Il est également directeur de la photographie sur le documentaire franco-allemand Nothingwood de Sonia Kronlund, tourné en Afghanistan et présenté à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes en 2017. C’est avec plaisir que le Festival de Namur accueille son nouveau film, Collective, un documentaire d’investigation particulièrement interpellant, avec Câtâlin Tolontan, Camelia Roiu, Tedy Ursuleanu, Mirela Neag et Vlad Voiculescu.

À la suite d’un tragique incendie au Colectiv Club, discothèque de Bucarest le 30 octobre 2015, de plus en plus de victimes commencent à mourir dans les hôpitaux des suites de blessures qui ne mettent pas leur vie en danger. Une équipe de journalistes d’investigation passe à l’action afin de dénoncer la corruption massive du système de santé national et d’autres institutions publiques. En suivant les journalistes, lanceurs d’alerte et les responsables gouvernementaux impliqués, Colectiv est un regard immersif sans compromis sur la corruption et le prix à payer pour la vérité.

Le film a fait sa première mondiale au Festival de Venise 2019, avant d’être présenté au Festival de Toronto 2019, True False Film Festival de Colombia 2020, Festival du Film et Forum International sur Les Droits Humains de Genève 2020, et a remporté le Prix Spécial au Festival de La Roche-sur-Yon et le Prix Ulysse au Festival de Montpellier 2019.

Le film est produit par Alexander Nanau Production (Roumanie), en coproduction avec Samsa Film (Luxembourg) et HBO Europe (Roumanie), avec le soutien du Romanian Film Centre, Luxembourg Film Fund et Sundance Documentary Fund et la participation de Mitteldeutscher Rundfunk (MDR), Radio Télévision Suisse (RTS), RSI Radiotelevisione svizzera, YES Docu. Les ventes internationales sont gérées par Cinephil.

Découvrez la bande-annonce de COLLECTIVE

LA DEESSE DES MOUCHES A FEU d’Anaïs Barbeau-Lavalette (Québec)


« Je n’oublierai jamais ce jeune libraire, son regard pétillant et convaincu, me tendant ‘La Déesse des mouches à feu’, alors fraichement paru, se souvient Anaïs Barbeau-Lavalette. ‘Lis ça. C’est le roman de l’année’. C’était en 2014. Je l’ai lu en une soirée, et le lendemain j’appelais mon producteur : ‘je veux faire un film avec ce roman-là’. Je veux faire un film avec ce roman-là parce que c’est la première fois qu’on me raconte ma générationCes premiers pas dans la vie adulte ne cesseront jamais de me bouleverser, de me confronter et de m’inspirer. »

Née en 1979, la cinéaste québécoise Anaïs Barbeau-Lavalette a réalisé les courts métrages Ina Litovski (2012) et Prends-moi (2014), ainsi que plusieurs documentaires, maintes fois primés, dont Les Petits princes des bidonvilles (2000), Si j’avais un chapeau (2006), Les Petits Géants (2009, récompensé d’un Gémeaux) et Se souvenir des cendres (2010, qui suivait l’aventure du film Incendies de Denis Villeneuve et a remporté le Gémeaux du Meilleur documentaire) ainsi que Le plancher des vaches (2015) et Ma fille n’est pas à vendre (2017). Elle a également réalisé les longs métrages de fiction Le Ring (2007, sélectionné à Toronto et à Berlin) et Inch’allah (2012, sélectionné à Toronto et à Berlin où il remporte le Prix Fipresci de la critique internationale). Présenté cette année à Berlin en section Generation, son troisième film de fiction La Déesse des Mouches à feu s’inspire du roman éponyme de Geneviève Pettersen. Le film est interprété par une belle équipée de comédiens : Kelly Depeault, Eléonore Loiselle, Caroline Néron, Normand D’Amour, Robin L’Houmeau, Noah Parker, Antoine Desrochers et Marine Johnson.

Cette année, elle tournera l’adaptation du roman Chien blanc de Romain Gary. Anaïs Barbeau-Lavalette est également l’auteur des chroniques de voyage Embrasser Yasser Arafat (2011), du livre pour enfants Nos héroïnes (2018) et des romans Je voudrais qu’on m’efface (2010) et La femme qui fuit (Prix des libraires du Québec, Grand Prix de la ville de Montréal, Prix France-Québec, élu best-seller de la décennie 2010-2020).

Le jour de ses 16 ans, Catherine reçoit un discman jaune, le livre Moi, Christiane F… et le droit d’aller au centre d’achats. C’est aussi le jour où son père fonce exprès dans un mur avec la jeep de sa mère. Catherine traverse l’adolescence en même temps que ses parents amorcent un processus de divorce. Elle s’en fout. Elle est trop occupée à gérer Mélanie Belley qui la terrorise pour absolument rien. C’est en lui volant son chum Pascal que Catherine monte l’échelle sociale de la polyvalente. Catherine a hâte de tout connaitre. L’exploration ne sera pas douce ni romantique. De Pascal à Keven, d’une dérape à l’autre, elle vieillit dans le chaos violent et spectaculaire de l’adolescence grunge des années 90.

Le film est produit par Coop Vidéo de Montréal (Luc Vandal – Québec) et distribué au Canada par Entract Films, tandis que les ventes internationales sont gérées par WaZabi Films.

Découvrez la bande-annonce de LA DEESSE DES MOUCHES A FEU

SLALOM de Charlène Favier (France/Belgique)


Originaire de Bourg-en-Bresse, formée au jeu d’acteur à Londres, à la mise en scène à New York et à l’écriture à la Femis à Paris, Charlène Favier écrit, réalise et produit plusieurs courts métrages, sélectionnés dans les festivals, dont Free Fall (2012), Omessa (2015), Amir et Léa (2017) et Odol Gorri (2018, sélectionné pour le César du meilleur court métrage). Elle tourne également des vidéos expérimentales dont Le Serpentaire (2017). En 2019, elle réalise son premier long métrage de fiction, Slalom. Sélectionné pour le Festival de Cannes 2020 et en compétition au Festival d’Angoulême 2020, le film est interprété par Noée Abita et Jérémie Renier.

Lyz, 15 ans, vient d’intégrer une prestigieuse section ski-études du lycée de Bourg-Saint-Maurice. Fred, ex-champion et désormais entraîneur, décide de tout miser sur sa nouvelle recrue. Galvanisée par son soutien, Lyz s’investit à corps perdu, physiquement et émotionnellement. Elle enchaîne les succès mais bascule rapidement sous l’emprise absolue de Fred…

Le film est produit par Mille et Une productions (France) et Panache Productions (Belgique). Il sera distribué en Belgique par Anga Productions et en France par Jour 2 Fête. The Party Film Sales assure les ventes internationales.

Découvrez la bande-annonce de SLALOM

PETIT VAMPIRE de Joann Sfar (France/Belgique)


Né à Nice d’un père séfarade et d’une mère ashkénaze, Joann Sfar se partage très vite entre la philosophie et les Beaux-Arts. Il découvre l’univers de la bande dessinée chez l’éditeur Delcourt où il développe son goût pour le conte et chez Association où il se concentre sur l’art de raconter des histoires. Il signera ainsi plus d’une centaine d’albums, dévoilant son univers foisonnant et son graphisme inimitable. Alliant fantaisie, poésie, humour et philosophie, il parvient à séduire autant les enfants que les adultes. En 2010, il se lance dans la réalisation avec Gainsbourg Vie héroïque (César du meilleur premier film, du meilleur acteur et du meilleur son en 2011, et présenté au FIFF par Laetitia Casta dans le cadre de son Coup de Cœur en 2019) et poursuit avec Le Chat du Rabbin (adapté de sa propre bande dessinée, César du meilleur film d’animation en 2012), La Dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil (Magritte des meilleurs costumes en 2016). Son nouveau film d’animation, Petit Vampire, a reçu le Prix Fondation GAN à la diffusion au Festival d’Annecy. Camille Cottin, Alex Lutz et Jean-Paul Rouve prêtent leur voix aux personnages du film.

Petit Vampire s’ennuie. Petit Vampire a dix ans depuis trois cents ans et veut aller à l’école pour se faire un ami. Michel est orphelin, a des problèmes de comportement à l’école et se trouve tout à son aise quand il découvre l’univers enchanteur de son copain mort-vivant. L’amitié entre les deux garçons est instantanée mais le terrifiant Gibbous, créature surnaturelle à tête de Lune, qui a juré de détruire la joyeuse petite communauté de morts-vivants, dresse de nombreux obstacles en travers de leur route.

Le film est produit par AutoChenille Productions (France) et Panache Productions (Belgique). Il sera distribué en Belgique par Anga Productions et en France par StudioCanal. Les ventes internationales sont également gérées par StudioCanal.

Découvrez la bande-annonce de PETIT VAMPIRE

UNE VIE DEMENTE d’Ann Sirot et Raphaël Balboni (Belgique)


Comme déjà annoncé, le FIFF s’ouvrira avec le premier long métrage belge Une Vie démente du tandem Ann Sirot et Raphaël Balboni, en première mondiale et en présence de l’équipe du film.

Alex et Noémie, la trentaine, voudraient avoir un enfant. Mais leurs plans sont chamboulés quand Suzanne, la mère d’Alex, se met à faire de sacrées conneries. C’est parce qu’elle a contracté une “démence sémantique“, maladie neurodégénérative qui affecte son comportement. Elle dépense sans compter, rend des visites nocturnes à ses voisins pour manger des tartines, se fabrique un faux permis de conduire avec de la colle et des ciseaux. Suzanne la maman devient Suzanne l’enfant ingérable. Drôle d’école de la parentalité pour Noémie et Alex !

Produit par Hélicotronc, en coproduction avec L’Œil-Tambour, le film réunit dans les rôles principaux Jean Le Peltier, Jo Deseure, Lucie Debay et Gilles Remiche. Le film sera distribué en Belgique par  Imagine Film (sortie prévue en novembre 2020).
– – – – – – – – –

Proposant une formule adaptée et inédite, le 35ème Festival International du Film Francophone de Namur s’annonce plein de promesses et de surprises, avec toujours le désir de partager le cinéma francophone, en vrai, en grand ! Rendez-vous du 2 au 9 octobre, pour découvrir des talents issus de toute la Francophonie.

0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez
Enregistrer