les villageois de Beauvechain veulent faire entendre leur voix

Depuis 2019, un projet suscite l’inquiétude à Beauvechain, village rural.

Dénommé « Projet Boiron », environ 200 habitants ont rapidement réagi, dénonçant la démesure d’un tel projet au cœur d’un village ainsi que les irrégularités liées à celui-ci.

En juin 2020, ils sont près de 1200 villageois (le collectif Beauvechain zone villageoise) qui continuent à se battre pour faire entendre leur voix et leurs revendications. Loin de s’attaquer à la société pharmaceutique, ils souhaitent avant tout que les règles soient respectées et qu’un tel projet démesuré ne prenne pas vie au cœur de leur village. Pour rappel, la société Boiron souhaite déménager de Bruxelles vers le centre de Beauvechain —toute l’administration et l’unité belge de production de médicaments homéopathiques— et reprend la pharmacie locale, indispensable pour avoir le droit d’exercer leur activité de production.

Voici le message que le collectif Beauvechain zone villageoise adresse non seulement aux médias mais également aux autres habitants.

  • Il est important que nous fassions entendre la voix de ces 1000 villageois afin que les autres citoyens se rendent comptent de l’ampleur du projet ainsi que du manque de respect des règles d’urbanisme. Le nombre de dérogations est difficilement acceptable pour les villageois qui introduisent des permis de bâtir demandant quelques petites particularités et se les voient refuser par la commune. De plus, cela laisserait la porte ouverte à d’autres projets tout aussi peu respectueux du caractère rural du village.
  • Nous ne comprenons pas qu’un tel projet ne demande pas ce qui s’appelle un “permis unique” et soit présenté aux habitants comme une quelconque habitation. Il s’agit quand même d’un immense bâtiment de production (+ de 3000 m2) avec des dizaines d’emplacements de parking.
  • Il ne s’agit pas de lutter contre les établissements Boiron (ce n’est pas un débat pour ou contre l’homéopathie), mais contre leur implantation au beau milieu d’un village, quelles qu’en soient les raisons. L’impact environnemental est énorme. D’abord par rapport à la faune et la flore (zone humide, les 2 ruisseaux, la source…) mais aussi en termes de mobilité, drainant énormément de circulation. Les zonings industriels sont en adéquation avec ce type d’activité.
  • Le projet prévoit de déplacer une pharmacie pour l’intégrer à l’ensemble du bâtiment. Nous ne souhaitons pas non plus empêcher la pharmacie d’éventuellement s’implanter à un autre endroit que celui utilisé actuellement afin de lui permettre de se développer. Ce que nous ne voulons pas, c’est d’une entreprise démesurée (pharmaceutique ou autre) au cœur du village.
  • Il ne s‘agit pas non plus d’empêcher les propriétaires du terrain de le vendre, mais bien d’exiger, pour son utilisation, le respect des règles et du caractère rural du village.
  • Il s’agit d’avoir un discours clair vis-à-vis des habitants sans leur faire croire en un développement du village en les alléchant avec des arguments non réalisables ou des arguments faux qui ne sont finalement pas dans la version écrite du projet :
    • le projet est présenté comme celui d’une ferme en carré : mettre 4 bâtiments autour d’une cour dont la mesure dépasse celle d’une ferme ne correspond en rien à une ferme en carré, d’autant plus pour une entreprise d’une telle taille !
    • le parking public annoncé nécessite des autorisations préalables,
    • le transport gratuit promis dans le projet (“navette gratuite”) vers les gares de Vertrijk et Archennes n’est autorisé que pour les employés de la société qui les emploie, pas pour les autres habitants,
    • un bassin d’orage serait prévu mais il ne remplira pas son rôle faute de capacité,
    • des statistiques incorrectes sont exposées : il y aurait « déjà » de la circulation avec près de 1000 voitures  qui passent rue du village, ce qui est totalement faux et non factuel,
    • l’entreprise aurait une activité “propre” alors qu’il y est prévu de la chimie, des teintures mères, des rejets potentiels, etc.
    • les bâtiments ont été dans certaines sources annoncés sur pilotis, ils seraient aussi en bois, ce qui n’est pas conforme au projet réel.
  • Il s’agit de respecter la démocratie en veillant à ce que les villageois puissent réagir par rapport à ce type de projet. Ouvrir une enquête publique au moment des congés d’été, en ne respectant pas les ouvertures en soirée ou le samedi ne permettait pas à toute la population de réagir.
  • Beauvechain n’est pas un village qui a besoin d’être « redynamisé ». Nous demandons que nos élus restent factuels.
  • Beauvechain est un village et doit le rester.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à envoyer vos questions par mail.

Sophie ou Vincent (collectif) peuvent également répondre de vive voix par téléphoner ou vous rencontrer.

0 Partages