Natagora attaque en justice Infrabel et Tuc Rail



 

Tout récemment, plusieurs kilomètres de crête de talus ont été remblayés illégalement à l’occasion de travaux ferroviaires dans la région de Bertrix. Sans tenir compte de consignes strictes de protection pour la vipère péliade, une espèce présente sur place et particulièrement menacée. Natagora porte plainte et réclame des mesures de réparation fortes.

Ces dernières années, les travaux de grande ampleur menés le long des voies ferrées se sont multipliés. Les impacts sur la biodiversité, en particulier sur certaines espèces protégées comme les reptiles, sont importants, et trop rarement pris en compte. Or, dans un environnement qui se banalise de plus en plus, les talus ferroviaires sont devenus des zones refuges importantes pour la faune et la flore, ils abritent des espèces devenues rares et menacées en Wallonie comme certains lézards et serpents.

Divers travaux de modernisation, comme ceux menés entre Namur et Luxembourg, causent des impacts considérables à la biodiversité présente sur les accotements ferroviaires : augmentation des espèces exotiques envahissantes comme la renouée du Japon, perturbation de la nidification de oiseaux, destruction des petits animaux vivants au sol comme les reptiles et plus généralement pertes de zones refuges pour la faune et la flore. Tout récemment encore, des travaux menés entre Bertrix et Libramont ont causés des impacts importants à plusieurs espèces, dont la rarissime vipère péliade.

 

 

Or, même des travaux peu spectaculaires peuvent entrainer des dégâts très importants. À certaines périodes de l’année, les animaux se regroupent sur des surfaces restreintes sans possibilités de fuir face à une menace. À Bièvre par exemple, la destruction d’un muret d’une vingtaine de mètres de long a entrainé la disparition de toute une population de vipère péliade qui y passait l’hiver. Natagora demande donc que les experts soient écoutés et les consignes du DNF respectées, ce qui n’est pas toujours le cas avec Infrabel et ses sous-traitants.

À Bertrix, des travaux menés par Tuc Rail ont fait déborder le vase. La crête des talus, sur plus de 3000 mètres, a été remblayée. Il s’agit de l’endroit le plus fréquenté par les reptiles. Le cas présent est d’autant plus regrettable que les enjeux étaient bien connus, les directives imposées par le DNF à Tuc Rail n’ont pas été respectées, leur application aurait pourtant permis de minimiser fortement les impacts.

Éric Graitson, coordinateur de projet à Natagora : « Il n’est plus question de laisser passer ce genre d’erreur sous prétexte d’une mauvaise communication entre partenaires. Se rejeter la balle entre Infrabel, Tuc Rail, SNCB et autres sous-traitants semble être devenu une procédure normale. Natagora demande que des mesures de réparations soient mises en œuvre dans le cas de Bertrix. De manière plus générale, nous demandons que la biodiversité soit mieux prise en compte dans les projets qui concernent les lignes ferroviaires. Il est temps de stopper l’impunité de mégastructures comme Infrabel. »

(Photos : © Mathieu Gillet)



1 Partages
Tweetez
Partagez1
Partagez
Enregistrer