Rochefort: la Wamme et la Lhomme à sec

Le niveau des deux cours d’eau qui traversent la commune de Rochefort est particulièrement bas, voire complètement à sec par endroit, ce qui a des conséquences sur la faune et la flore.


Depuis plusieurs jours, la Wamme est désertique à Jemelle. Par endroits, la Lhomme est également complètement à sec. Cette sécheresse qui touche les deux cours d’eau de la commune de Rochefort, actuellement victime de pénuries d’eau, a des conséquences concrètes et visibles sur la faune. On constate notamment une diminution de la population de truites, comme l’explique Stéphanie Dessy, la coordinatrice du Contrat de rivière Lesse et Lhomme.

Quand la température de l’eau fait 22 degrés, la truite va cesser de s’alimenter et rentrer dans un état de léthargie. Elle sera donc plus sensible à la prédation. Lorsque l’eau atteint 25 degrés alors, la truite meurt.

Les autres espèces sont également touchées, car pour tenter de survivre, les poissons se réfugient dans des poches d’eau, mais finissent rapidement par manquer d’oxygène, tout comme les petits mollusques invertébrés. Côté flore, le constat n’est pas plus réjouisssant, poursuit Stéphanie Dessy.

Le fait d’avoir de faible débit et une eau de plus en plus chaude va provoquer la prolifération de certaines algues qui normalement ne vivent pas dans ces cours d’eau aérés. Cela peut être dangereux car certaines algues sont toxiques et peuvent avoir des conséquences sur la santé humaine et animale.

Ce phénomène d’étiage, comme on l’appelle, est courant mais ce qui est interpellant, c’est qu’il intervient de plus en plus tôt dans l’année et s’étale donc sur de plus longues périodes, comme le détaille Amaël Poulain, hydrogéologue à l’Université de Namur.

Si l’on observe les données météorologiques à Rochefort depuis ces septante dernières années, on va constater que la moyenne des précipitations reste la même. Mais ce que l’on voit depuis ces cinq dernières années, c’est que la répartition des pluies a changé. Dans un climat comme le nôtre, il pleut habituellement beaucoup l’hiver et l’été. Mais ces dernières saisons, on a connu des printemps et des étés beaucoup plus secs, ce qui entraîne un assèchement des cours d’eau plus rapide.

A ce facteur météorologique s’ajoute une autre explication liée cette fois à la nature du sol de la région.

La sécheresse dans la Wamme et dans la Lhomme s’explique aussi par une particularité géologique. Les deux rivières s’écoulent sur le territoire très calcaire de la Calestienne qui est une roche très perméable et donc, tant la Wamme que la Lhomme continuent de s’écouler mais souterrainement jusqu’à la résurgence d’Eprave où l’eau refait surface.

Par effet ricochet, cette sécheresse a donc aussi un impact sur la qualité des nappes phréatiques car les eaux polluées rejetées dans le cours d’eau ne sont plus diluées. Or, on sait qu’à Rochefort la qualité des eaux souterraines a particulièrement son importance. C’est une raison de plus d’être attentif à ce que l’on déverse dans les deux cours d’eau.

0 Partages